L’Association Musicale de Caluire et Cuire (AMC2) est née le 1er Septembre 2011. Elle est le fruit de la réunion de deux anciennes associations d’enseignement de la musique à Caluire et Cuire (L’Ecole de musique de Caluire et Cuire et le Centre musical Caluire-Bissardon).

Le Centre Musical Caluire-Bissardon :

Dans les années 50, Thérèse Ruel, institutrice de l’école de filles et de la maternelle de Bissardon, fonde avec la directrice, madame Jacquenet, une garderie musicale, affiliée au groupement laïque (musique, théâtre, et sport), pour les enfants du quartier afin de les occuper le jeudi après-midi.

Vers 1953 nait « L’orchestre scolaire Bissardon » composé d’une trentaine d’instrumentistes (pipeaux, banjos, mandolines, violons, percussions et piano).

1962, l’orchestre d’enfants est à la recherche d’un professeur de violon; Henri Bonnet, nouvellement revenu du service militaire en Algérie, sans travail prend le poste de professeur.

1963, Magdeleine Bonnet, son épouse, monitrice de musique à la ville de Lyon le rejoint et donne des cours de piano.

1964, Thérèse Ruel prend sa retraite de directrice et demande à Henri Bonnet de lui succéder pour la responsabilité de l’orchestre d’enfants.

1973, Création de la Communauté Musicale de Bissardon (CMB) en association loi 1901. Petit à petit, la CMB prend ses marques, et se trouve à la pointe de la recherche pédagogique musicale, en s’appuyant particulièrement sur la méthode Willems; Henri aidé de Magdeleine crée une méthode d’apprentissage de la musique (du chant choral à l’instrument, en passant par l’orchestre) basée sur le répertoire inépuisable des chansons populaires françaises (cf le Chansonnier). H. Bonnet harmonise ces chansons à 2-3 et 4 voix et compose de plus en plus d’œuvres pour orchestre d’enfants et d’harmonisations originales des chansons pour chorales.

1981, le logo CMB en forme de volute est créé et Thérèse Ruel décède en décembre à l’âge de 67 ans.

1984 est une année noire, de graves problèmes financiers se font jour et en 1985 un projet de convention entre la Mairie et la CMB est en pourparler.

1986, la subvention municipale passe à 300 000 francs, les professeurs sont « honnêtement » payés.

1988, ouverture de la CMB à tous les habitants de Caluire, jusque là, seuls les enfants des 2 groupes scolaires (B.Albrecht et Burdeau) pouvaient s’inscrire.

1989 : Changement de nom, la CMB devient le Centre Musical Caluire-Bissardon (CMCB), ceci du fait de l’ouverture aux habitants de Caluire et du soutien manifeste de la municipalité.

1990-2001, années de collaboration avec le Radiant et les autres écoles de musique de Caluire : concerts communs avec créations de C.H.Bonnet comme le « Chant de Taliessinn » joué au Radiant.

1997 : Participation au bicentenaire de la création de Caluire et Cuire.

1998 : A l’initiative d’Irène Jacquet intervenante musicale pour l’école Berthie Albrecht, réalisation du projet « L’école fait sa chanson » avec Romain Didier, le CMCB et le Radiant.

2000 : Nouvelle collaboration avec les écoles de musique de Caluire au Radiant avec la création de « Europa Concerto » de C. H. Bonnet.

Septembre 2002, Henri Bonnet prend sa retraite et passe la direction à sa fille Irène Jacquet, qui laisse le poste d’intervenante en milieu scolaire à la ville de Caluire pour se consacrer entièrement à cette fonction : direction administrative et musicale ; depuis 1982, I. Jacquet enseigne au CMCB le violon, la Formation Musicale, la chorale et l’orchestre. Henri Bonnet, après 40 ans « au service du CMCB », dévoué corps et âme pour une aventure qui à ses débuts n’était qu’une garderie musicale, a su développer une école de musique, qui dans les années 70/80 était de caractère novateur et inédit (chorale et orchestre pour tous les élèves), en un Centre Musical, fort de quelques 230 adhérents en moyenne, (ayant fait des émules ! ) toujours en recherche, ouvert sur le monde extérieur, privilégiant l’apprentissage de la vie par la musique et offrant une pédagogie sérieuse pour tous ses élèves, qu’ils deviennent professionnels de la musique, ou de bons amateurs.

9 janvier 2003, décès de Magdeleine Bonnet, le 2ème pilier du CMCB avec son époux, allant toujours de l’avant dans le domaine de la pédagogie (intervention en milieu scolaire, chorale, FM et piano).

2003, le CMCB fête ses 30 ans, la salle polyvalente devient officiellement la salle « Thérèse Ruel » du CMCB. 2003-2011, le CMCB continue son « ouverture » à d’autres esthétiques artistiques en fondant son année musicale sur un thème, avec en avril 2005, un concert-rencontre en l’église Ste Bernadette avec les orchestres du CMCB et les cuivres de l’école de musique de Caluire animé par Luc Delbart (professeur de trompette).

Avril 2006, organisation du concert-rencontre avec l’EMCC et la Pastourelle de Rillieux avec « L’Europe Baroque en Musique » dans le cadre de «Caluire et Cuivres ».

Février 2007, l’orchestre « Point contre Point » accompagne Romain Didier à la salle Rameau dans le cadre de « Musiques Ensemble », concerts au profit d’Handicap International et en avril se tient au Temple des Terreaux le concert avec les chorales et orchestres du CMCB, Missa Palatina, Britten, compositeurs d’Amérique latine.

2008, concert « Chants-sons et dansons » à la salle des fêtes de Caluire avec les orchestres et chorales du CMCB et de l’école Jean-Jaurès et le 27 juin, c’est le 20ème anniversaire de « Révérences » avec la participation de l’orchestre Point contre Point à la salle de la Ficelle.

2009, « Humour-humeur » concert de musique de chambre avec mis en scène de Jean-Pierre Hollebecq. Le 26 avril est créé « Un ARCHIPEL » (Jean Ribbe) par 350 cordes, dont 30 du CMCB à l’Auditorium M. Ravel. et le 13 mai, c’est la reprise à l’église Ste Bernadette de Caluire.

Le 28 mars 2010 des élèves choristes et instrumentistes participent au spectacle « le petit tailleur » donné par l’EMCC sous le chapiteau installé sur l’esplanade de l’hôtel de ville de Caluire et Cuire. Le 19 juin le CMCB organise son grand concert de fin d’année au Radiant « de l’Afrique aux Etats-Unis (en partenariat avec le Radiant, l’ASEAR et l’EMCC).

En 2011, sont montés et présentés un spectacle de musique de chambre et un concert-rencontre avec Léthé Musicale autour du thème Food an Music. Puis se profile la fusion avec l’EMCC qui sera effective au 1er septembre.

L’Ecole de Musique de Caluire :

L’Harmonie de Caluire et Cuire, à l’origine « Fanfare de Caluire » naît en 1885. C’est la plus ancienne société encore en activité. Elle a toujours eu, en plus de ses prestations et concerts, pour but l’enseignement du solfège et des instruments (bois, cuivres et percussions) afin d’alimenter son effectif.

Pendant de nombreuses années et ce, jusqu’à la fin de la guerre de 39-45, c’était les musiciens qui assuraient bénévolement les cours. Parmi ceux-ci, il faut citer Léon Ringuet, que beaucoup de caluirards ont connu et qui consacra toute sa vie à la musique ; une impasse où se situait le siège de la société porte d’ailleurs son nom.

Puis dans les années 60, on fit appel à des musiciens professionnels sous la direction de divers chefs, dont André Soustrot.

A la rentrée 1972 arriva Jacques Négrignat, à la fois intervenant musical dans les groupes scolaires de la ville, chef de l’Harmonie en remplacement d’Amédée Linody, directeur de l’Ecole de musique de l’Harmonie.

C’est grâce à lui que l’Ecole se développa rapidement, les membres bénévoles de l’Harmonie ne pouvant plus assurer techniquement et financièrement son fonctionnement.

Sous l’insistance de son Président, Monsieur Perret-Jeanneret et de son Président d’honneur et adjoint au Maire, Emile Thievon, et avec le soutien de la Municipalité, que fut créée en janvier 1975 l’association 1901 « Ecole de Musique de Caluire ».

Après quelques travaux, l’Ecole s’installe dans l’ancienne infirmerie des Frères (aujourd’hui démolie) ainsi que le siège de l’Harmonie.

Ayant réussi le concours de la Fonction Publique Territoriale, il quitta sa fonction à Caluire et prit la direction d’une Ecole Municipale de la région en septembre 1982. Mais hélas, il disparait en novembre de la même année dans un tragique accident de la route.

C’est donc en ce début d’année scolaire 82 que Jean-Paul Szostek prend les rênes de l’Ecole. Elle prend son essor et compte rapidement autour de 600 élèves. Ce succès amena l’association à diversifier son enseignement. En effet, devant la demande des habitants de Caluire et Cuire, l’Ecole proposa outre l’enseignement des instruments dévolus à l’Orchestre d’Harmonie, l’apprentissage du piano, de la guitare, de l’accordéon, et de toute la famille des cordes.

1989, l’EMCC passe commande pour un spectacle-opéra pour le bicentenaire de la Révolution Française « Allons Enfants ou une certaine idée de la liberté », il sera présenté à l’Auditorium M. Ravel et au Radiant en 1990.

En 1991, la Municipalité, dans le cadre de la rénovation du centre ville, lors de la construction de la nouvelle mairie et de la salle de spectacle « le Radiant », a aussi fait le choix de la construction de nouveaux locaux pour l’Ecole de Musique de Caluire et Cuire. Le choix s’est porté sur un terrain, proche du Raciant , faisant ainsi un pôle culturel cohérent entre la bibliothèque municipale, la salle de spectacle, et l’Ecole de Musique.

1992-93-94, sur le thème « Ensemble » 3 concerts coproduits par les 4 écoles de musique de Caluire voient le jour.

1994 marque un tournant dans la vie de l’Ecole de Musique, dans le cadre du concours « Radiant Partenaire », les élèves s’intègrent au concert « Bruel chante Brel » avec la participation de la « Cantanelle », chorale de l’Ecole.

1995, ce sont les 20 ans de l’Association, un opéra « Que ferons-nous de nos vingt ans » est écrit par ses élèves avec l’aide de professionnels.

2000, « Europa Concerto », création présentée au Radiant avec le CMCB et l’Amicale laïque. C’est aussi à partir de cette date, que naît le stage de Cuivres et qui perdure toujours au sein de l’AMC2.

2002-2004, de nombreux concerts en partenariat avec d’autres structures de la région et auditions ponctuent toutes ces années.

2005, concert « Cordes et Cuivres » avec les classes de cuivres de l’EMCC et cordes du CMCB et « Chansons à Caluire et Cuivres » en partenariat avec les écoles primaires.

2006, concert-rencontre avec les chœurs du CMCB et la Pastourelle de Rillieux avec « L’Europe Baroque en Musique » dans le cadre de «Caluire et Cuivres ».

2007, « La flûte au siècle des lumières », un concert est organisé en partenariat avec le service culturel de la ville.

2008, une rencontre avec Louis Sclavis a lieu dans le cadre d’un partenariat avec A Vaulx Jazz et le Grand Ensemble de Sax joue en première partie de Heavy Fingers Sextet à l’Acte 2 Théâtre.

2009, Jean-Paul Szostek prend sa retraite et Rodolphe Saint Pol devient directeur de la 3ème structure d’enseignement musical en nombre d’élèves du département du Rhône. Une nouvelle organisation des études du 2ème cycle est entreprise avec la FM et les pratiques collectives au centre du cursus de l’élève. Cette année-là, les élèves cordes participent à la création de « Un Archipel » de Jean Ribbe à l’Auditorium M. Ravel. Et en l’église Ste Bernadette.

2010, « Le cor romantique », « A la découverte de la richesse du répertoire de la harpe », « Le petit tailleur » sont des moments forts de cette année. 2011, le concert « Au chœur des siècles » en partenariat avec le CMCB, la Pastourelle de Rillieux, l’Ecole de Musique de St Rambert remporte un franc succès auprès des chorales et des instrumentistes des structures partenaires et du public.

Septembre 2011, l’EMCC fusionne avec le CMCB et une nouvelle aventure commence.